Les droits des patients en fin de vie : euthanasie, acharnement thérapeutique et directives anticipées

Lorsque les patients sont confrontés à une maladie grave et terminale, leur qualité de vie et leurs projets pour l’avenir peuvent être mis en danger. Les droits des patients en fin de vie sont alors menacés par l’acharnement thérapeutique ou l’utilisation abusive des soins palliatifs. L’euthanasie et les directives anticipées peuvent offrir aux malades une alternative plus conforme à leurs désirs.

Qu’est-ce que l’acharnement thérapeutique ?

L’acharnement thérapeutique est une pratique médicale qui consiste à poursuivre les traitements même si la maladie est incurable. Dans le cas des patients en fin de vie, cette pratique est souvent contestée car elle ne permet pas aux malades de mourir dignement, sans douleur et dans des conditions acceptables. De plus, elle augmente souvent la durée et les coûts du traitement, ce qui peut être très difficile pour un patient et sa famille.

Comment fonctionnent les directives anticipées ?

Les directives anticipées sont des documents écrits qui permettent aux patients de décider quels traitements ils souhaitent recevoir ou refuser dans le cas où ils seraient incapables d’exprimer eux-mêmes leurs volontés. Elles peuvent également inclure des instructions spécifiques sur le type de soins palliatifs que le patient souhaite recevoir, ainsi que sur la façon dont il souhaite passer ses derniers jours. Ces documents doivent être rédigés par un médecin et signés par le patient.

Quand la loi autorise-t-elle l’euthanasie ?

L’euthanasie est le processus actif et intentionnel d’accélérer la mort d’une personne gravement malade. Dans certains pays, elle est autorisée par une loi spéciale qui encadre strictement la pratique. La loi stipule généralement que seuls les médecins qualifiés peuvent procéder à l’euthanasie après avoir examiné attentivement tous les aspects éthiques associés à sa pratique. Elle exige également que le patient exprime clairement sa volonté de mettre fin à ses jours.

A lire également  Pourquoi faire appel à un avocat en droit médical ?

Conclusion

Les droits des patients en fin de vie sont essentiels pour assurer qu’ils puissent choisir comment passer leurs derniers jours dans la dignité et sans douleur. L’acharnement thérapeutique est considérée comme une violation des droits fondamentaux des patients en fin de vie, alors que l’euthanasie et les directives anticipées offrent une alternative plus respectueuse de ces droits. Toutefois, ces pratiques doivent être strictement encadrées par la loi afin d’assurer qu’elles ne sont pas abusives.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*