Les avancées et reculs de la loi sur les droits de l’Homme

Introduction

Depuis l’adoption de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme par l’Assemblée Générale des Nations Unies en 1948, le monde a fait des progrès importants pour promouvoir et protéger les droits de l’Homme. Cependant, de nombreux pays font encore face à un manque chronique d’engagement pour garantir que les droits fondamentaux sont respectés et protégés. La loi sur les droits de l’homme est une notion complexe qui comprend un certain nombre d’aspects juridiques, politiques et sociaux qui doivent être pris en compte pour assurer le respect des droits humains.

Les avancées de la loi sur les droits de l’Homme

Au cours des dernières décennies, le monde a fait plusieurs progrès dans la promotion et la protection des droits de l’Homme. La ratification d’instruments internationaux tels que le Pacte International relatif aux Droits Économiques, Sociaux et Culturels (1966) et le Pacte international relatif aux Droits Civils et Politiques (1966) a contribué à créer un cadre juridique international pour la protection des droits humains. Les instruments internationaux ont été ratifiés par un grand nombre de pays, ce qui a permis aux individus de faire valoir leurs droits devant une instance judiciaire au niveau national ou international.

De plus, il y a eu une augmentation du nombre d’organismes chargés de surveiller le respect des droits humains dans le monde entier. Ces organismes incluent le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (HCDH), le Conseil européen des Droits Humains (CEDH) et le Comité pour la Protection des Droits Humains (CPDH). Ces organismes jouent un rôle essentiel dans la surveillance, la promotion et la protection des droits humains à l’échelle internationale.

A lire également  Tout ce qu’il faut savoir sur la présomption irréfragable

Les reculs du respect des Droits Humains

Malgré ces progrès importants, il existe toujours un grand fossé entre les principes énoncés par la DUDH et son application effective dans certains pays. En effet, beaucoup de pays continuent à violer systématiquement les droits fondamentaux tels que: la liberté d’expression, le droit à une justice équitable, le droit à une vie privée sans interférence arbitraire et le droit à être protégé contre toute discrimination fondée sur une caractéristique personnelle ou sociale.

En outre, certains pays refusent toujours d’accorder un statut juridique aux conventions internationales relatives aux droits humains ou ignorent tout simplement ces conventions. Par exemple, certaines parties prenantes cherchent à contrôler ou à limiter certaines libertés civiles telles que la liberté d’expression ou le droit à une justice équitable. Cela signifie que de nombreuses personnes continuent à vivre sans protection contre les violations graves des droits humains.

Conclusion

En conclusion, bien que les progrès réalisés en matière de promotion et protection des Droits Humains soient impressionnants, il y a encore beaucoup à faire pour atteindre un vrai respect global des Droits Humains. Il faut reconnaître que certains pays ne sont pas encore prêts à s’engager pleinement envers la DUDH ; cependant il est essentiel qu’ils prennent conscience du rôle vital qu’ils jouent pour établir un cadre juridique solide afin que celle-ci puisse être appliquée efficacement.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*