Kleaner : Une solution légale pour les conducteurs à risque ?

Face aux contrôles routiers toujours plus fréquents et aux sanctions qui en découlent, les conducteurs à risque cherchent des solutions pour éviter d’être pris en défaut. Le Kleaner se présente comme une alternative légale et efficace pour prévenir les infractions liées à la consommation de substances psychoactives. Mais que vaut réellement ce produit ? Est-il vraiment adapté aux besoins des conducteurs concernés ? Analyse.

Qu’est-ce que le Kleaner et comment fonctionne-t-il ?

Le Kleaner est un produit commercialisé sous forme de spray buccal ou de gouttes à appliquer sur la langue. Il est présenté comme un détoxifiant naturel permettant de neutraliser les traces de substances psychoactives dans l’organisme. Son objectif principal est d’aider les consommateurs de drogues (cannabis, cocaïne, etc.) ou d’alcool à passer les contrôles routiers sans être détectés par les tests salivaires.

Sa formule contient principalement des extraits de plantes, dont le Melia azedarach, un arbre originaire d’Asie et d’Australie utilisé en médecine traditionnelle pour ses propriétés anti-inflammatoires, antifongiques et antibactériennes. Le Kleaner agirait en éliminant ou en masquant temporairement les métabolites des substances incriminées présentes dans la salive, sans pour autant les détruire dans l’organisme.

Un produit légal et accessible

Contrairement aux autres produits de substitution ou de camouflage, le Kleaner est entièrement légal et ne contient aucune substance interdite. Il est d’ailleurs disponible en vente libre sur Internet ou dans les magasins spécialisés. Son prix varie généralement entre 10 et 20 euros, ce qui le rend accessible à un large public.

A lire également  Règles relatives aux assurances de dommages : ce que vous devez savoir

Son utilisation est également simple : il suffit d’appliquer quelques gouttes ou sprays du produit sur la langue environ 30 minutes avant le contrôle routier présumé. Le Kleaner promet ensuite une efficacité allant jusqu’à une heure après son application, durée pendant laquelle les tests salivaires seraient incapables de détecter la présence de drogues ou d’alcool.

Les limites du Kleaner face aux contrôles routiers

Même si le Kleaner semble offrir une solution intéressante pour les conducteurs à risque, il convient de souligner que son efficacité n’est pas garantie à 100 %. En effet, plusieurs facteurs peuvent influencer les résultats des tests salivaires, tels que la quantité de drogue consommée, le temps écoulé depuis la prise ou encore la sensibilité du test utilisé.

D’autre part, il est important de rappeler que les forces de l’ordre disposent de plusieurs méthodes pour détecter la conduite sous l’emprise de substances psychoactives. Si le Kleaner peut potentiellement tromper les tests salivaires, il ne protège pas contre les contrôles sanguins, urinaires ou encore les examens cliniques réalisés par un médecin légiste. De plus, la conduite sous l’influence de drogues ou d’alcool reste illégale et dangereuse pour la sécurité des usagers de la route.

Une solution à utiliser avec précaution

En conclusion, le Kleaner peut représenter une aide ponctuelle pour les conducteurs à risque souhaitant éviter les sanctions liées à la consommation de substances psychoactives. Toutefois, il ne constitue en aucun cas une solution miracle ni une incitation à prendre le volant sous l’emprise de drogues ou d’alcool.

Il est donc essentiel de rappeler que la meilleure façon de prévenir les accidents et d’éviter les sanctions reste de respecter le Code de la route et de ne pas conduire après avoir consommé des substances altérant les capacités psychomotrices. Le Kleaner ne doit être utilisé qu’en connaissance des risques encourus et dans le respect des lois en vigueur.

A lire également  Les coûts et les frais de mise en fourrière de véhicules en France

Le Kleaner est un produit détoxifiant naturel qui promet d’aider les conducteurs à risque à passer les contrôles routiers sans être détectés par les tests salivaires. Légal et accessible, il présente toutefois des limites face aux différentes méthodes de détection employées par les forces de l’ordre. Son utilisation doit donc être considérée avec prudence et ne saurait remplacer le respect des règles en matière de conduite sous l’emprise de substances psychoactives.